Economie circulaire

 
 

L’IIC valorise le café depuis la plantation en passant par la tasse jusqu’au recyclage des bio-déchets. Nous avons créé un cercle de gestion et de traitement du café qui est unique au monde car rien ne s’y perd, tout se transforme… 

Dans de très nombreux pays, le dépôt des déchets dans des décharges sauvages reste la seule méthode utilisée pour leur « traitement ». Leur collecte et leur valorisation repose pratiquement toujours sur le secteur informel qui n’a aucune compétence en la matière et dispose de moyens dérisoires. Le recyclage est donc marginal et contrairement au but qui devrait être le sien, provoque de très nombreux et de très importants dangers pour la santé des populations.

L’action de l’Institut dans le domaine du café et corrélativement avec celui du cacao parfois est d’apporter sa contribution à l’émergence de l’économie circulaire desdits pays, moyen de lutte contre l’épuisement de certaines ressources naturelles, de protection de l’environnement et de développement économique.

Cette économie circulaire nous permet à chaque étape de production de réutiliser les composantes obtenues y compris ‘’les déchets’’  pour créer des matières valorisées à nouveau consommables, au moins de trois façons :

  • La valorisation matière : la création des  matières premières secondaires.
  • La valorisation énergétique: la création de l’énergie électrique ou thermique.
  • La valorisation biologique : la création de compost et de composants bioactifs.

Les compétences nécessaires à un tel résultat sont nombreuses et variées. L’Institut a à sa disposition plusieurs centres de recherche dédiés aux études dans ces domaines. Nous utilisons pour cela les progrès de l’écologie, de la physiologie végétale, de l’agronomie, de la chimie, de la biochimie, de la  microbiologie et de la  physique.

Ainsi cette conception circulaire de l’exploitation de la ressource café s’oppose à l’exploitation sans limites des ressources.